Mon intervention lors de mon installation comme conseiller municipal de Fleury les Aubrais

Publié le par Thierry Ternisien d'Ouville

Mon intervention lors de mon installation comme conseiller municipal de Fleury les Aubrais

Merci Madame la maire

Quelques mots que je vais lire pour rester le plus précis possible.

C'est une sombre période, au plan politique, pour exercer un premier mandat qui plus est à un âge dit fragile par une société qui fuit la mort. 

Je lis beaucoup ceux qui ont écrit pendant et à l'issu des 30 années terribles du XXe siècle. J'admire leur lucidité et leur courage et j'essaie de m'en nourrir. De Paul Valéry à  Albert Camus en passant par Hannah  Arendt et tant d'autres. Aujourd'hui après les 30 glorieuses et les 30 piteuses notre ressort moral semble bien affaibli.

Pour exercer ce mandat, collectif et individuel, une devise me revient. Celle des compagnons du devoir. Servir sans se servir ni s'asservir. Si les élus servent leurs concitoyens, ils ont beaucoup été accusés de se servir. Le plus souvent à tort mais quelquefois à raison. Mais aujourd'hui c'est le second risque qui nous menace.

Ne sous-traitons pas aux experts de tout type les choix qui touchent à ce qui est la raison d'être de la politique : la liberté. Sous peine d'être asservis et d'asservir les citoyens que nous représentons. 
Confrontons nous à la complexité des temps présents en affrontant directement les questions et les défis posés par une science asservie à la technique et qui dirige le monde.

Dirige vers où ? 
Vers l'abîme s'interroge Edgar Morin, qui, à travers ses cent années de vie et une œuvre prolifique nous fournit de quoi éclairer les temps présents.
Nous vivons une époque terrible et exaltante. Exaltante parce que terrible.

Soyons en dignes.

Merci.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article