Lettre à ma fille

Publié le par Thierry Ternisien d'Ouville

Lettre à ma fille

Tu te tais depuis bientôt trois mois. Je t’écris pour me taire aussi et que mon silence s’accorde au tien, ou plutôt, que nos silences s’accordent.

Le bruit des mots prononcés trop fort, trop souvent m’en a fait perdre le sens.

Comme si la chute de celles que j’avais tant aimées, m’avait éloigné du vide. Vide sans lequel le réel ne peut être touché, ressenti et encore moins transmis.

Je te sais perdue et en recherche, je le suis aussi.

La voix d’un ami d’enfance retrouvé, le chant des oiseaux, la fraicheur du soir qui tombe, le bruit des voitures au loin, le jardin éclairé par les derniers rayons du soleil, sont-ils le reflet de ce monde infini que je porte en moi ?

Quel monde as-tu en toi ?

Je suis comme au bord de la mer, comme un enfant sans mère. Mais un monde m’habite, plus vaste, plus réel, plus coloré, que ce triste monde dans lequel nous nous écharpons. Retrouvons nos mondes, nous pourrons alors nous retrouver.

Je suis parti à la recherche de ce livre intérieur, lu depuis tant d’années, sans le savoir, à travers les livres.

Et ce livre je vous le lèguerai, si Dieu veut, avec tout mon amour.

 

Thierry Ternisien d’Ouville

Atelier d’écriture chez Isaphil à Saint James

14 octobre 2021

Publié dans Ecrire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article