Condition de l'homme numérique : Prologue

Publié le par Thierry Ternisien d'Ouville

Condition de l'homme numérique : Prologue

Avec le pass(e)[1] sanitaire et son QR Code associé nous n’entrons pas dans une époque numérique, qui supposerait une politique d’adoption, ni dans un monde numérique,  qui supposerait un souci du monde. Nous assistons à une nouvelle tentative de créer un homme nouveau – l’homme numérique aux comportements pilotés par des nombres et des algorithmes – et donc d’installer un nouveau totalitarisme.

C’est le moment que je choisis pour écrire, à chaud, in vivo, une Condition de l’homme numérique. Homme numérique que tous les dirigeants du monde semblent appeler de leurs vœux, quelle que soit leur couleur politique, aboutissement terrifiant du vieux rêve occidental de s’abstraire du difficile gouvernement des hommes pour le remplacer par la gouvernance, par les nombres et le calcul, des sociétés et, ainsi, quitter le politique pour l’administration des choses. Rêve qui trouve sa traduction ultime ( ?) dans le pilotage algorithmique des comportements humains.

Pour écrire cette condition de l’homme numérique je dispose des recherches que j’ai menées ces six dernières années. Recherches ayant donné lieu à la constitution de six supports de « cours » dont les titres sont une première écriture à travers la question de la numérisation du monde :

  • À le recherche de repères pour un monde numérique (2015 – 2016).
  • Questions sur la condition humaine à l’époque numérique (2016 – 2019).
  • Éléments pour penser/panser le monde numérique (2019 – 2020).
  • Trois questions pour penser/panser le monde. Où en sommes-nous ? Où atterrir ? Comment bifurquer ? (2020 – 2021)

La pandémie COVID 19 a provoqué une accélération vertigineuse de l’Histoire. Confinements, couvre-feu, interdiction des soins, port généralisé du masque, tests non calibrés et sans limites, et, surtout, lancement de campagnes massives et totalitaires d’injection de Thérapies Géniques Préventives (TPI), abusivement et illégalement appelées vaccins, ont entrainé un climat de peur généralisée, une pandémie psychique, et fait disparaitre ce qui restait de liberté dans les vieilles et épuisées démocraties occidentales.

Le smartphone, d’outil de communication et d’accès, via Internet et la Toile, au monde, au moins sous sa forme imagée et symbolique, est devenu l’instrument de mise en place du pilotage algorithmique des comportements humains à travers des applications informatiques. Généralisation du modèle Amazon.

Que reste-t-il à l’homme numérique comme moyen d’accès au Réel. Beaucoup, surtout les plus diplômés, ne se trouvent-ils pas dans la situation des dirigeants, visiteurs de villages Potemkine, coupés du Réel par les images (animées surtout) et les symboles (novlangue et chiffres) ? La question de la vérité, de la réalité et du nouage des trois registres du Réel, du Symbolique et de l’Imaginaire, ne se trouve-t-elle pas posée à l’échelle de chaque individu et de l’humanité ?

Les trois questions – Où en sommes-nous ? – Où atterrir ? – Comment bifurquer ? – constituent les trois parties de ce livre.

L’écriture s’en faisant à chaud est à la fois difficile mais nécessaire ne serait-ce que pour que l’auteur ne devienne pas fou et reste convaincu que la vie vaut la peine d’être vécue.

Le matériau pour la première partie est abondant, voire surabondant. Je n’utiliserai, volontairement, que celui de mes six supports avec, pour seul complément, une réflexion autour du Réel, de la Réalité et de la Vérité.

La nécessité de la bifurcation se fait de plus en plus pressante, mais pas pour la raison initialement prévue, celle du réchauffement climatique. Mais pour celle de la tentative totalitaire de créer un homme nouveau et de transformer les conditions dans lesquelles la vie sur Terre est donnée aux hommes. Il serait donc tentant de la traiter en deuxième. Nous ne cèderons pas à cette tentation, tant il est important de se poser la question du lieu d’atterrissage au moment où des milliards d’humains sont embarqués dans un voyage technoscientifique sans destination autre que la poursuite démesurée et insensée d’un « progrès » initié par les Lumières dont l’ombre semble s’étendre. « The Winter is Coming ».

La deuxième partie sera organisée autour de cette question – Où atterrir ? –, abordée en 2019/2020 mais interrompue par la gestion totalitaire de la pandémie.

La troisième partie consacrée à la question – Comment bifurquer ? – reprendra, synthétisera et approfondira le travail prévu pour la saison 2020/2021.

Des interludes, sous la forme de textes personnels, illustrant la condition et le ressenti de l’auteur, seront disposés entre les chapitres.

En avant !

 

[1] Pourquoi cette disparition du e ? Hommage à Georges Perec ou constatation de la disparition de la langue. À creuser.

Publié dans Ecrire, CHN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article