Écrire pour comprendre

Publié le par Thierry Ternisien d'Ouville

C'est une malédiction de vivre dans une époque intéressante dit un proverbe chinois. 

Alors je suis, nous sommes maudits. 

Hannah Arendt, qui aimait ce proverbe, expliquait lors d'un entretien télévisé  que son souci était de comprendre et que le processus de l'écriture lui était essentiel pour comprendre.

Écrire pour comprendre. Si observer et lire sont des étapes indispensables, sans écrire soi-même,  une véritable compréhension et une pensée personnelle ne sont pas vraiment possibles. 

Mais écrire pour comprendre, non pour faire comprendre, pour influencer, souci typiquement masculin ironisait Arendt dans ce même entretien.

C'est donc, face à cette période si intéressante et effrayante, à nous tous d'écrire pour comprendre, pour penser puis pour dialoguer. Le dialogue intérieur avec soi-même avant le dialogue avec les autres.

La pensée écrivait Arendt est toujours une pensée d'après qui doit rester liée à l'événement qui l'a déclenchée comme le cercle à son centre. Et cette pensée est sans soutien, sans la possibilité de l'appui à la rampe de la tradition. Tradition dont le fil qui nous servait de guide a été définitivement rompu par les totalitarismes. Ce qui ne signifie pas que le passé à disparu ou doit être ignoré  mais que nous devons le visiter d'un oeil neuf, sans chemin tout tracé,  et en trouvant nous-mêmes nos repères.

Ce que fit Arendt dès  les années  1930 pour comprendre ce qu'elle vivait. Nécessité de comprendre qui l'amena à écrire dans les années 1950 deux livres majeurs : Les Origines du totalitarisme et Condition de l'homme moderne que suivront Entre passé et futur,, De la révolution, Eichmann à  Jérusalem, Des hommes dans de sombres temps, Les crises de la République et, inachevé, La vie de l'esprit. Ainsi que de très nombreux articles, essais, exercices de pensée dont une grande partie à été rassemblée dans trois recueils par Jerome  Kohn,  un de ses étudiants : Écrits pour comprendre, Penser  sans garde-fou et Écrits  juifs.

C'est  cette démarche d'Arendt qui, depuis 2002, me guide pour tenter de comprendre l'époque intéressante dans laquelle je vis et de  répondre à la question : Que vivons-nous ?

A suivre...

Écrire pour comprendre

Publié dans QVN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :