Contre le totalitarisme, pour des mondes communs

Publié le par Thierry Ternisien d'Ouville

Le totalitarisme qui renaît en Europe et en Occident n'est pas un nouvel accident de la société moderne.

Il est inscrit dans ses schèmes avec : 

  1. L'absorption de l'œuvre par le travail. 
  2. Le remplacement de l'agir par le faire. 
  3. Et la contamination de l'œuvre par l'action. 

Ces trois processus sont quasiment arrivés à leur terme : 

  1. L'industrialisation des activités est quasiment complète, l'artisanat et l'art ont disparu. L'informatisation est sur le point d'absorber tous les emplois ne laissant que les rares pour lesquels l'homme revient moins cher que la machine.
  2. L'action politique a été remplacée par le management et la gouvernance, les hommes politiques par des experts, sachant tout sur rien, et des technocrates, sachant rien sur tout.
  3. Quant à la technique, devenue technoscience, elle est emportée par le risque ultime perçu par les anciens : l'hubris de l'homme se prenant pour Dieu.

Il serait temps de prendre en compte cette situation pour éviter de mener des combats du passé ou de lutter contre des catastrophes fantasmées pour reprendre ce qui fait de nos vies des vies humaines : la création et l'entretien de mondes communs ouverts à la pluralité et liberté humaines et respectueux de la nature.

Inspirons-nous de ceux qui nous ont précédé et ont dû faire face au siècle précédent au surgissement des totalitarismes.

Et pour cela transformons leur pensée, transmise dans leur œuvres, en un fil d’Ariane.

Hannah Arendt (1906-1975) Étienne Tassin (1955-2018)
Hannah Arendt (1906-1975) Étienne Tassin (1955-2018)

Hannah Arendt (1906-1975) Étienne Tassin (1955-2018)

Publié dans Fil d'Ariane, Arendt, Tassin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :