Lorsque nombres et figures ne seront plus

Publié le par Thierry Ternisien d'Ouville

Lorsque nombres et figures ne seront plus

La clef de toutes créatures,

Lorsque tous ceux qui s'embrassent et chantent

En sauront plus que les savants profonds,

Lorsque le monde reprendra sa liberté

Et reviendra au monde se donner,

Lorsqu'en une clarté pure et sereine alors

Ombre et lumière de nouveau s'épouseront,

Et lorsque dans les contes et les poésies

On apprendra l'histoire des cosmogonies,

C'est là que s'enfuira devant un mot secret

Le contresens entier de la réalité.

 

Henri d'Ofterdingen[1], Novalis[2], (traduction Marcel Camus)

 

[1] Henri d'Ofterdingen  est un roman du poète romantique allemand Novalis, qui sera publié après sa mort par son ami Ludwig Tieck. Henri d'Ofterdingen était un troubadour allemand du XIIIe siècle. Henri d'Ofterdingen est situé dans un univers médiéval mythique. C'est dans cet ouvrage qu'apparaît l'expression devenue célèbre de « fleur bleue » (Die blaue Blume). Chez Novalis, cette fleur symbolise l'amour absolu qu'Henri porte à Mathilde mais aussi l'union du rêve et du monde réel, qui était un des grands objectifs du romantisme.  Ce grand roman inachevé est sans doute son chef-d'œuvre. (Wikipedia)

[2] Novalis, de son vrai nom Georg Philipp Friedrich, Freiherr (en français, « baron ») von Hardenberg, né le 2 mai 1772 au château d'Oberwiederstedt, près de Mansfeld en Saxe dans le nord de la Thuringe historique, et mort le 25 mars 1801 à Weißenfels (Allemagne), est un poète, romancier, philosophe, juriste, géologue, minéralogiste et ingénieur des Mines allemand. Il est l'un des représentants les plus éminents du premier romantisme allemand d’Iéna. (Wikipedia)

Lorsque nombres et figures ne seront plus

Publié dans Numérique

Commenter cet article