Déracinement

Publié le par Thierry Ternisien d'Ouville

Déracinement

Le déracinement : la précision de l’image : les uns, ceux qui sont chassés, ont le plus souvent laissés leurs racines, ils s’en sont pour ainsi dire détachés, et sont par conséquents déracinés, au sens propre de l’absence de racines. Pour ceux qui ont réussi à emporter leurs racines avec eux, celles-ci sont désormais privées du sol dans lequel elles étaient enracinées, elles ne peuvent plus porter de charge et se sont pour ainsi dire usées. Pour les autres, ceux qui ont pu rester chez eux, le fond et le sol dans lesquels elles s’enracinaient ont été complètement emportés sous leurs pieds, si bien que leurs racines demeurent, dans le meilleur des cas, à découvert et sont doublement rongées : elles s’étiolent, d’une part, du fait qu’on leur a volé leur milieu nutritif, et, d’autre part, compte tenu de la clarté de la visibilité elle-même, c’est-à-dire du manque d’obscurité protectrice : ce qui est en quelque sorte secret se trouve détruit[1].

 

[1] Hannah Arendt, Journal de pensée, Cahier 2, Notice 10, p. 54, octobre 1950.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article