De quoi la pandémie COVID-19 est-elle le nom ? (2)

Publié le par Thierry Ternisien d'Ouville

De quoi la pandémie COVID-19 est-elle le nom ? (2)De quoi la pandémie COVID-19 est-elle le nom ? (2)

Quel nouveau langage philosophique et politique utiliser ?

Cette question est directement inspirée d’un passage d’un livre publié en 2018 par Jean-Claude Michéa[1].

« Le problème est donc le suivant – et c’est celui sur lequel réfléchissent aujourd’hui un nombre grandissant de mouvements révolutionnaires dans les pays du Sud (notamment en Amérique latine) : dans quel nouveau langage philosophique et politique – capable de prendre enfin en compte l’instance de la vie commune et de distinguer ainsi les libertés qui renforcent notre autonomie individuelle et collective de celles qui accroissent notre atomisation – pourrait-on retraduire la défense des libertés civiques fondamentales de telle façon que ce langage ne puisse jamais être retourné contre les individus et les peuples, ni (ce qui revient au même) au bénéfice d’un système fondé sur la privatisation continuelle de toutes les valeurs et de tous les biens qui ont vocation à rester – ou à devenir – communs ? »

Pour ce qui nous concerne ce langage peut avoir pour centre de gravité le langage de Hannah Arendt, fait de distinctions plus que de définitions et de concepts. Langage à compléter et actualiser par celui, malheureusement souvent plus abscons, de Bernard Stiegler.

Concernant le vocabulaire d’Arendt nous renvoyons au glossaire de notre livre, Penser avec Hannah Arendt[2].

Concernant Stiegler nous renvoyons à son livre Pharmacologie du Front national, et son vocabulaire d’Ars Industrialis[3][4].

Nous complèterons ces deux références au fur et à mesure de notre écriture et de nos publications.

 

À suivre…

 

[1] Jean-Claude Michéa, Le loup dans la bergerie, Droit, libéralisme et vie commune, Climats, Éditions Flammarion, 2018

[2] Thierry Ternisien d’Ouville, Penser avec Hannah Arendt, Guide de voyage à travers une œuvre, Éditions Chronique Sociale, 2017.

[3] Bernard Stiegler, Pharmacologie du Front National, suivi du Vocabulaire d’Ars Industrialis, Flammarion, 2013.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article